- Le journal -

Le journal

  Santé
La petite histoire du bronzage

Du teint pâle et diaphane des jeunes femmes du XIXème siècle à la peau caramel des mannequins des années 60, l’idéal de beauté a évolué. Au fil des siècles et des modes, le bronzage fut décrié puis plébiscité, jusqu’à ce qu’une prise de conscience des dangers du soleil rebatte à nouveau les cartes. Retour sur l’histoire du bronzage à travers le temps, des baigneuses de Renoir à... Gisèle Bunchen.

Quand la pâleur était à la mode

Il suffit de se promener dans un musée et d’observer les tableaux de Rubens ou Poussin puis plus tard Renoir et Manet : la peau des femmes y est pâle, presque transparente. Un idéal de beauté que l’on retrouve aussi dans la littérature, particulièrement au XIXème siècle qui a donné tant d'héroïnes à la pâleur presque maladive, d’Emma Bovary à Marguerite Gauthier.

Une époque où une femme, pour être belle, se devait d’avoir une complexion très claire et des cheveux foncés. On découvre ensuite avec le courant hygiéniste qui naît à l’aube du XXème siècle les bienfaits du soleil. On le loue alors pour ses vertus thérapeutiques, mais certainement pas esthétiques.

Tuberculeux et anémiques sont envoyés prendre ce qu’on appelait des “bains de lumière”, mais point trop n’en faut ! A l’époque, le hâle est l'apanage des classes populaires et des travailleurs. L'aristocratie, elle, se doit d’avoir le teint blanc ! Il faut attendre les années 20 pour que, tout doucement, l’idée d’un teint hâlé fasse son chemin. Et à qui le doit-on ? A Coco Chanel !

De Coco à Bardot : le bronzage pour tous

La légende veut que Coco Chanel, alors en villégiature à Deauville, ait pris par mégarde un coup de soleil. Il n’en fallait pas plus pour que son entourage s’extasie sur son teint subtilement hâlé ! Mais c’est véritablement au milieu des années 30 que le basculement va s’opérer. Avec le Front Populaire vont naître les congés payés, les français découvrent le plaisir des vacances au soleil, les corps se dénudent et les esprits se libèrent.

Parallèlement, en 1935, Eugène Schueller va créer la ligne Ambre Solaire, première gamme de produits destinés à protéger la peau du soleil ! Il faudra toutefois attendre le lendemain de la seconde guerre mondiale et les années 50 puis 60 pour que le bronzage devienne une véritable mode. De Brigitte Bardot et son sublime corps bronzé dans Et Dieu créa la femme de Roger Vadim à Ursala Andress, sculpturale dans James Bond contre Dr No, les actrices donnent le ton ! Quelques années plus tard, dans Plein Soleil de René Clément, Romy Schneider et Alain Delon font du bronzage une arme de séduction massive.

Des années 70 aux années 90 : je bronze donc je suis

Ces deux décennies furent aussi, disons le clairement, l’aire du grand n’importe quoi ! C’est l’époque sea, sex and sun du bronzage à outrance. Il faut bronzer toujours plus, toujours plus vite. Les femmes enduisent leur corps de graisse à traire, d’huiles de toutes sortes mais aussi d’autobronzant. Être (très) bronzé devient chic et hype, les mannequins les plus en vue affichent une peau couleur caramel et toutes les femmes veulent leur ressembler. Pourtant, petit à petit, on commence à entendre parler des méfaits du soleil, les études se multiplient et le nombre de cancers de la peau liés à une exposition inconsidérée explose.

Quand le soleil devient un danger

Jusque là considéré comme un allié, le soleil devient tout à coup une menace. Le marché des crèmes solaire se développe à vitesse grand V et les laboratoires et grandes marques de cosmétique rivalisent d’inventivité pour proposer des produits toujours plus efficaces (et aussi, il faut bien l’admettre, toujours plus chimiques). Parallèlement, des marques travaillent à inventer des solutions alternatives, à l’image de Canopea et ses maillots de bain anti UV pour enfant, fille, garçon, bébé (et desormais femme !) fabriqués dans un tissu créé à partir d’Econyl, une fibre 100% recyclée et dont le maillage est particulièrement efficace pour protéger la peau du soleil.

On sait aujourd’hui que le soleil regorge de bienfaits pour notre santé. Il aide notamment à synthétiser la vitamine D et à prévenir le rachitisme et l'ostéoporose. Nous avons besoin de lui pour nous sentir bien, il est un vrai booster pour le moral ! Mais le public a désormais pleinement conscience de ses effets délétères sur la santé et rares sont aujourd'hui les stars ou les magazines à véhiculer un bronzage outrancier. Au contraire, la méfiance est de mise et la prise de conscience de plus en plus précoce. La mode est ainsi faite qu’on peut néanmoins se demander si un jour le bronzage version Cindy Crawford des années 90 ne pourrait pas opérer un jour un come-back retentissant…

Comment protéger nos enfants du soleil tout en beauté avec des maillots de bain anti-UV pour bébés, filles et garçons, c'est par ici



Instagram Canopea Pinterest Canopea Facebook Canopea Contact Canopea NEWSLETTER